LE HIBOU MAUVE

   ...Georges et Catherine aperçurent, dans la nuit, la masse sombre d’une voiture roulant tous feux éteints sur la berge. Le véhicule s’arrêta à une vingtaine de mètres de l’arche. Les occupants de l’automobile ne pouvaient pas les voir dans l’obscurité du pont, mais eux distinguaient parfaitement les silhouettes des deux hommes qui étaient sortis par chacune des portes arrière de la voiture. Ceux-ci extirpèrent sans ménagement un troisième homme qui semblait avoir les mains liées dans le dos et l’entraînèrent sur le bord du quai. Les deux amoureux entendirent alors une détonation étouffée ; l’homme bascula dans le vide et tomba dans l’eau avec un grand plouf. Les deux tueurs remontèrent dans la voiture. L’un d’eux jeta par la vitre ouverte un objet qui rebondit sur le flanc de la berge...

  ...S’il avait été seul, Georges aurait sûrement pris ses jambes à son cou, car en vérité, il n’était guère rassuré. Mais en voyant Catherine pâle de frayeur, son orgueil de mâle lui fit commettre une audacieuse sottise, il se laissa glisser avec agilité le long de la berge qui était en légère pente à cet endroit. Lorsqu’il arriva près de l’eau il aperçut à quelques centimètres de ses pieds, un objet sombre. Il se baissa en s'appuyant sur la berge pour ne pas perdre l'équilibre : c’était le revolver des tueurs. Instinctivement, comme dans un film, Georges chercha son mouchoir pour le ramasser, puis il tendit triompha­lement sa prise vers Catherine.

    - Regarde ce que j’ai trouvé ! Regarde ce que j’ai trouvé !

    Il remontait prestement sur le quai pour montrer sa trouvaille à la jeune fille, lorsqu’ils entendirent des exclamations au-dessus de leurs têtes : un homme était penché vers eux. Ils l’entendirent beugler :

    - Paulo, Ringo, venez voir !

    Deux autres visages apparurent presque immédiatement par-dessus le parapet. Le premier homme les montra du doigt. Catherine et Georges ne distinguaient pas ce qu’ils disaient, mais ils n’avaient pas besoin d’entendre. Georges saisit la main de Catherine et cette fois il prit ses jambes à son cou pour de bon.

 

    Cette histoire d'amour policière aux accents shakespeariens, délicieusement rétro, vous envoûtera par son suspense haletant, sa poésie passionnée, ses personnages tragiques.

    Une histoire inoubliable.

 

 

 

 

    POUR L'ACHETER

   Vous avez trois possibilités :
-- Vous pouvez le commander sur internet :

 

 

-- Vous pouvez me l'acheter directement en m'envoyant votre nom, l'adresse de livraison et un chèque de 15 € (uniquement à destination de la métropole), à l'adresse suivante :

Jean-Louis Bourgouin

50 Chemin le Perret

72200 La Flèche

-- Vous pouvez également l'acquérir dans un salon de dédicace :

Thoiré-sur-Dinan :
- Dimanche 21 mai 2017

St-Michel-de-Chavaignes :
- Dimanche 9 juillet 2017

Pruillé-l'Eguillé :
- Dimanche 23 juillet 2017

 

ISBN 978-2-9546803-5-4